Qui aura le pouvoir de décision dans la mise en application des travaux d’intérêt général ?

Il faut que ce soit délégué aux maires parce que c’est au niveau des communes que c’est pertinent. C’est là qu’on sait quels sont les besoins urgents.

En outre, En confiant le jeune à la proximité de la commune, on fragmente le problème car chaque commune n’aura qu’à s’occuper que de quelques centaines. Mais quelques centaines, ça reste quand même beaucoup pour la commune et il faut donc un effort budgétaire.

C’est une réflexion sur laquelle les maires qui nous soutiennent vont se rassembler et voir comment mettre ça en musique. Mais c’est un effort de solidarité nationale.

1 février 2016