Pourriez-vous nous donner un exemple de politique typiquement spécifique à l’emploi?

Là, on est en train de boucler un programme avec les zémidjans (Taxi-motos NDLR) qui est destiné à les sortir de la précarité en leur donnant une couverture sociale, en réduisant leur dépendance aux propriétaires de motos, en les rendant propriétaires de leurs motos et en augmentant leur revenus quotidiens entre 500 et 1200 francs Cfa selon leur niveau d’activité. Et ça c’est un package qu’on a inventé avec leurs syndicats, qui est très peu couteux pour les finances publiques et qui sort cette profession très importante de la précarité.

Sans une politique spécifique comme celle-là, leur condition ne va pas s’améliorer même si la croissance du pays passait de 6 à 8%. Ils auront un peu plus de courses, mais ne serons toujours pas assuré, pas protégé, et leurs familles non plus.

1 février 2016